Tous les directeurs ou gérants espèrent n’avoir que de bons éléments au sein de leur entreprise. Pour ce faire, il faut que les recrutements se fassent de manière rigoureuse. Notre article portera sur les meilleurs moyens de recruter un bon comptable. 

Faites vos recherches sur internet

Les missions du comptable sont sérieuses et parfois même complexes. Alors, il est nécessaire de choisir une personne qui pourra assurer les tâches qui incombent à ce poste. De nos jours, beaucoup de jeunes diplômés recherchent un emploi via le net. C’est une méthode simple et efficace. De ce fait, nous invitons les entreprises à consulter les sites qui mettent en rapport les professionnels (employeurs et employés). Sur ce genre de site, vous trouverez tous les types de profils. Ainsi, vous pourrez soit débaucher une personne en proposant une offre intéressante ou tout simplement proposer des entretiens aux potentiels candidats intéressés. Pour vous faciliter la tâche, trouvez votre comptable sur ce site.

Exiger les références des candidats

Il est important de se demander quelles sont les références du candidat (comptable) qui se présente à vous ? Une référence est un contact professionnel (ancien patron, tuteur renommé dans le secteur, etc.) qui permet de donner du poids à un CV. Ainsi, le chef d’entreprise sera plus enclin à donner suite à la collaboration. Le choix d’un conseiller financier ou d’un comptable se doit d’être stratégique. Les entreprises sont effectivement en concurrence les unes avec les autres et ont besoin d’une personne qui dispose non seulement des capacités intellectuelles relatives au domaine de la comptabilité, mais aussi dune grande rigueur.

Faire passer un test au candidat 

Un entretien d’embauche est certes une première prise de contact. Néanmoins, elle peut permettre de sonder les compétences et potentialités du comptable qui est à la recherche d’un emploi. Lors de l’entretien, vous pouvez décider de tester les connaissances du candidat ou de la candidate, soit à l’écrit et/ou à l’oral. Ainsi, les résultats pourront vous permettre d’orienter votre décision.

Si vous faites partie de ces Français qui en ont assez de placer leur argent sur des livrets qui ne rapportent rien (comme le Livret A et ses 0.50% !), il est peut-être temps de changer de stratégie pour faire fructifier votre argent. Pour ce faire, il existe un placement qui est particulièrement rentable : l’immobilier locatif. Cependant, aujourd’hui, nous allons vous parler de la SCPI : un investissement dans l’immobilier 100% passif ! En ce qui concerne la rentabilité, vous pourriez être surpris : par exemple, investir dans la SCPI Corum rapporte souvent plus de 5% brut ! Explications.

Les avantages d’un investissement dans une SCPI

Pour comprendre les avantages d’un tel investissement, il est essentiel de vous expliquer ce qu’est une SCPI. Pour faire simple, c’est une société qui achète un bien immobilier, et le partage en différentes parts pour permettre à des investisseurs de placer leur argent. Par exemple, si le bien immobilier s’achète à hauteur de 300 000€, il est possible de le diviser en 3 000 parts de 100€ chacune ! Ainsi, il est possible d’investir dans l’immobilier à partir de 100€ grâce à une SCPI !

Bien entendu, les loyers que vous recevrez seront en fonction de ce que vous placez : en ayant investi une seule part sur les 3 000 disponibles, vous ne recevrez que 0.00033% des loyers. Cependant, en investissant de la sorte vous vous dégagez un temps impressionnant : vous n’avez absolument rien à gérer, c’est la SCPI qui s’occupe de tout ! Par exemple, nul besoin de passer devant le notaire, ou encore de gérer la location pour trouver un locataire, ou de rédiger le bail… Bref, vous êtes tranquille, et pouvez profiter de ce temps libéré avec vos proches, ou simplement travailler sur d’autres investissements locatifs et pourquoi pas sur d’autres SCPI.

De plus en plus de personnes choisissent de faire un prêt pour leur projet, ou leur voiture. Certains en ont même plusieurs. De nos jours, plusieurs entités bancaires proposent le regroupement de crédits pour que le bénéficiaire du prêt n’en a qu’un seul à gérer. Il permet non seulement de mieux gérer le budget, mais de réduire considérablement le montant de la mensualité.

Réduire ses dépenses : est-ce vraiment possible?

Effectivement, mis à part l’audit d’assurances, le changement d’opérateur téléphonique et le regroupement de crédit, il existe tant d’autres solutions pour revoir à la baisse ses dépenses mensuelles sans autant renoncer à son confort. L’audit d’assurance peut permettre d’optimiser les dépenses sur les contrats d’assurances (automobile, habitation, ). Changer d’opérateur téléphonique qui propose les mêmes services à un prix plus attractif peut également être une solution. Pour plus de liberté, le regroupement de crédits peut être une solution efficace afin de modifier la mensualité et avoir plus d’argent à la disposition chaque mois.

Les différents prêts pouvant faire l’objet d’un regroupement

Les montants empruntés avec la carte MasterCard peuvent être regroupés avec d’autres prêts comme le prêt personnel ou le prêt pour véhicule. Ils seront regroupés en un seul pour faciliter la gestion. Les prêts hypothécaires peuvent également être regroupés, ce qui permet la renégociation des intérêts, qui pourrait même parfois être bénéfique. Le regroupement permet en général de moduler les mensualités en fonction des possibilités de paiement et de la situation actuelle de l’intéressé. En cas de changement de montant de salaire, cela serait plutôt pratique. En cas de hausse, des négociations pourraient être proposées  afin de terminer rapidement le remboursement. Un courtier peut vous aider dans les démarches à suivre. Attention, les dettes ne peuvent pas être incluses dans le regroupement.

Les avantages du regroupement de crédits

En général, c’est l’occasion de négocier les mensualités des emprunts. En parlant de négociation, le client peut réduire le taux de vos emprunts et même d’allonger la durée de remboursement dans le but de diminuer la mensualité unique malgré le regroupement. Cela évite le surendettement en cas de baisse du salaire. En cas de charges inattendues, cette technique permet aussi de contracter un nouveau prêt pour y faire face. Tout le monde ne peut être à l’abri des imprévus ou d’accidents, donc pour ne pas frôler le surendettement, le regroupement de crédit propose en parallèle une marge pour que le client puisse refaire un nouveau prêt qui bien sûr sera inclus dans la mensualité unique. En plus d’aider le client pour la gestion de ses finances, le regroupement aide en cas d’imprévu pour que le client ne sorte pas loin de sa zone de confort qu’importe le nombre de prêts contractés. C’est une solution financière destinée à atténue en général l’endettement du client. Avec cette technique, le client peut rembourser son crédit par anticipation, partiellement ou totalement. 

Les débutants dans le monde du travail peuvent se demander sur comment l’entreprise va le payer et quel serait les dispositions à prendre pour pouvoir être payé légalement et en suivant les normes. Plusieurs moyens de paiement sont mis à la disposition des PME, startup et entreprises de moyenne ou de grande envergure.

Un paiement imposé par la loi

En effet, une entreprise comportant des salariés se doit de payer ses salariés selon le Code du travail. Tout salarié d’une entreprise de grande envergure devrait alors être déclaré auprès de l’état. Le choix de paiement des entreprises devrait être stratégique et dépend surtout de la taille de l’entreprise. Les petites PME (artisanale ou commerciale) restent plutôt sur du basique, le paiement par espèces. Cependant, certains plafonds sont à respecter. En France, une somme de plus de 1 000 euros ne devrait pas être payée en espèces, que ce soit entre professionnels et particuliers, ou entre-deux professionnels.

Les procédés bancaires, la solution plus utilisée

L’employeur a toujours le choix pour le mode de paiement de ses employés. Dans un premier temps, cela dépend également du statut de l’employé.

·      Le chèque :

Si la personne ne possède pas de compte bancaire, la société devrait alors lui donner un chèque valable entre 1 jour à 8 jours, faute de quoi il n’aurait plus de valeur. C’est un moyen rapide de faire parvenir au bénéficiaire de l’argent qui peut atteindre des sommes colossales.

·      La carte de crédit :

L’entreprise dans ce cas lègue à la personne bénéficiaire une carte lui permettant d’effectuer des retraits auprès des distributeurs et de régler des achats. Le mode de prélèvement devrait alors être un compromis entre le payeur et sa banque. Toute dépense et achat à partir de la  carte seront visibles par la banque et l’employeur.

·      Le virement bancaire :

Ce procédé n’est possible que si les deux parties ont toutes un compte bancaire. L’employeur devrait alors ordonner un virement bancaire depuis son compte vers le compte de l’employé en utilisant son Relevé d’Identité Bancaire (une pièce qui devrait être fournie à l’embauche). L’employé peut choisir la même banque que l’entreprise pour faciliter la transaction qui devient interne. Mais il peut également choisir une autre banque.

Les autres et nouveaux moyens de paiement

Certains employeurs préfèrent choisir des alternatives pour plus de diversifications en mode de paiement, selon l’attente des salariés. De nos jours, il existe plusieurs moyens de paiement possibles qui peuvent intéressés les salariés. Le paiement par internet devient de plus en plus pris à cause du commerce électronique. Mais cela comporte des risques plus importants que prévu sur le fait que ce soit virtuel. Pour les transferts internationaux, plusieurs solutions sont envisageables comme le SEPA en Europe ou Western Union dans le monde entier.

Vous aimeriez placer votre argent dans un investissement plus sûr? L’immobilier est la solution la plus rentable. Mais cela dépendra de votre ambition et de votre projet puisqu’il existe beaucoup de façon d’investir dans l’immobilier, qui d’ailleurs est un secteur en plein expansion.

L’investissement immobilier locatif, le plus prisé

La plupart des particuliers choisissent cette pratique en espérant avoir une rentabilité de longue durée. Ils n’ont pas tout à fait tort, mais cela va dépendre entièrement de comment le propriétaire va gérer son bien. En effet, si le propriétaire a conçu ou a racheté une maison en ville mise à part la sienne, elle pourrait la faire louer tout le temps qu’il faudra, qui devrait alors assurer au moins le loyer, qui sera toujours payé tout au long de l’année, puisque les maisons en ville sont très recherchées. Avis aux proprios pour rénover si il s’agit d’une vieille maison ou d’améliorer son bien pour garder sa valeur.

L’investissement immobilier à usage professionnel, peu connu

L’immobilier locatif n’intéresse pas forcément que les particuliers, les professionnels de l’immobilier sont également des concurrents potentiels. Ils sont plus du genre à investir dans l’immobilier locatif à grande échelle pour avoir plus de revenus. Mais il existe également des solutions pour les particuliers qui veulent se lancer dans le milieu professionnel de l’immobilier. Les particuliers peuvent par exemple faire louer des bureaux ou des fonds de commerce, autres que les biens à usages d’habitation. En ville les bureaux sont très pris, donc, pas de risque de vacance de longue durée. Le rendement est plutôt attractif même si ce n’est pas classé parmi les gros œuvres.

La SCPI, une nouvelle tendance

A la façon d’actions boursières, c’est le fait d’investir dans des biens immobiliers notamment à usage professionnel et en tirer des bénéfices comme tous les principaux investisseurs. L’investisseur reçoit donc des revenus réguliers en fonction des actions investies. Nombreux sont les avantages de cette nouvelle tendance d’investissement. L’achat de part de SCPI permettra de s’acquitter des taxes foncières et d’autres charges tout en étant propriétaire. L’investisseur n’aura même pas à se soucier des travaux de rénovation ou d’amélioration, il suffit juste d’attendre les parts de revenus. Mais il est également plus facile d’investir dans une part de SCPI que de s’en acquérir une demeure ou un logement locatif. Le rendement est assuré avec 4 % à 10 % au minimum en fonction des projets.

Des conseils pour bien investir dans l’immobilier

Pour débuter dans l’investissement immobilier, il faut établir un plan et faire une projection sur le futur pour voir le meilleur rendement possible. En effet, cela dépendra des moyens de l’investisseur. Contracter un prêt immobilier serait utile pour les particuliers, mais aussi pour les professionnels qui manquent de moyens financiers. Investir près de chez soi est toujours avantageux pour la gestion du bien, mais l’endroit idéal pour les investissements immobiliers en France reste toujours la région parisienne ou les grandes villes. L’investisseur peut également investir dans des régions touristiques et s’en assurer de la qualité des biens. Un local neuf est mille fois mieux qu’un local ancien, les revenus seront plus conséquents sans les frais de travaux.

Il y a une foule de raisons nécessitant de demander un prêt personnel. Elles vont des voyages de détente estivaux ou hivernaux à l’équipement grâce à l’acquisition de matériel électro ménager. Dans tous les cas, il est préférable d’avoir une réponse positive très vite. Certaines astuces permettent d’atteindre ce résultat.

Qu’est-ce qu’un prêt personnel ?

Le prêt est dit “personnel” lorsqu’il est défini sur mesure. Ce type d’emprunt prend en compte entre autres paramètres : vos revenus et vos charges. 

En général, la quantité d’argent que vous devez rembourser mensuellement est fixée lors de la signature du contrat. Tout dépend :

  • De la somme reçue par la banque ou l’organisme financier.
  • Du Taux Annuel Effectif Global (TAEG).
  • De la période de remboursement.

Ces trois éléments sont les paramètres permettant de définir la somme à prélever tous les 30 jours dans votre compte bancaire.

L’utilisation d’un comparateur

Pour l’obtention d’un credit au Luxembourg, il faut aller sur le web, où il existe des milliers d’outils dans lesquels il suffit de saisir :

  • Le montant désiré souvent entre 2 000 et 30 000 euros.
  • La durée de remboursement variant de 12 à 120 mois.

Des propositions de crédits s’affichent en dessous. Utiliser les comparateurs offre la garantie d’avoir les meilleurs taux. De plus, ces outils permettent d’anticiper et de connaître des détails tels que : les frais de dossier, les indemnités à payer si vous remboursez de façon anticipée communément désigné par les trois lettres (IRA).

Avoir un dossier en ordre

Pour réaliser des économies de temps et d’argent, il faut bien préparer votre dossier. Ce dernier comportant au moins une pièce d’identité et vos relevés bancaires des 12 mois antérieurs.

L’idéal est de ne pas avoir de crédit impayé. Si vous en avez déjà un, il est préférable de ne pas manquer à vos obligations de remboursement pendant les six mois précédant votre demande de prêt personnel. Bannissez également les découverts pendant les deux trimestres avant votre nouvelle demande de prêt.

Pour bénéficier d’une bonne retraite, il est nécessaire de penser à son troisième pilier. Pour cela il est important de trouver des bons produits d’épargne, qui soient spécifiques à ce besoin qui est partagé par tous les habitants de la Confédération Helvétique. Il est facultatif, mais il s’avère fort utile, une fois que l’on n’est plus en activité. Il est possible de ne compter que sur les deux premiers piliers, pourtant il serait dommage de ne pas pouvoir faire tout ce que l’on a enfin la chance de pouvoir faire, une fois retraité. Après une vie passée à travailler, parfois pour soi, parfois pour les autres, on est en droit de s’accorder un repos bien mérité et d’en profiter le plus possible.

Financer habilement son troisième pilier

On dit que seuls 60% des moyens dont on a besoin, une fois à la retraite, sont vraiment couverts par les deux premiers piliers – Assurance Vieillesse-Survivant et Assurance Invalidité pour le premier et Prévoyance Professionnelle pour le second. Dès lors on comprend l’importance pour tous les suisses mais aussi les travailleurs frontaliers qui bénéficient du système de retraite helvétique, que de choisir les options les plus performantes pour augmenter leurs revenus mensuels. Sur le site web https://www.troisiemepiliersuisse.info/ des solutions sont proposées aussi bien pour le 3e pilier lié 3a et le 3e pilier libre 3b, une offre qui s’avère donc des plus complètes.

Profiter pleinement de la retraite

Qui dit retraité ne dit pas forcément fatigué ou diminué, bien au contraire. Aujourd’hui en Suisse, on vit bien et longtemps, on peut rester en bonne santé même quand on a quitté le monde de l’entreprise. Alors une fois que l’on ne travaille plus, on a envie de voyager, de découvrir le monde plus que jamais on ne l’avait pu. Mais on a aussi souvent des projets de rénovation de son habitation et on apprécie aussi de pouvoir aider les siens. Pour cela il faut avoir prévu en amont et avoir choisi la meilleure option de troisième pilier possible.

Les factures impayées sont l’un des principaux problèmes à résoudre quand vous êtes un entrepreneur ou gestionnaire d’une entreprise. En fonction du montant mis en jeu, cela peut entraîner de graves difficultés de trésorerie. Alors, il ne faut pas les prendre à la légère c’est-à-dire que vous devez surveiller de près les factures impayées, leur nombre ainsi que leur fréquence. 

Les délais de prescription

Vous constatez l’existence des factures impayées lors de la vérification ? Sachez que vous devez respecter le délai de paiement avant de se lancer à une telle démarche.  La plupart du temps, ce délai devrait être mentionné dans le contrat. En général, il varie entre quinze à soixante jours après l’envoi de la facture. Et ensuite, vous devez également assurer que le délai de prescription n’est pas encore dépassé, parce qu’à partir duquel aucun dossier de recouvrement n’est recevable. Cela dit qu’il n’est pas possible de demander continuellement le recouvrement des impayés. Le délai applicable pour entamer un recouvrement des factures impayées varie selon la nature du débiteur. Si ce dernier est un consommateur, il dispose d’un délai de deux ans pour saisir le tribunal selon le code de consommation. Et d’après le code de commerce, ce délai est de cinq ans lorsque le débiteur est un professionnel. Le recours aux services d’un professionnel est donc important avant de commencer la demande de recouvrements.

Les recours possibles

Même si vous avez pris des précautions pour ne pas arriver aux factures impayées, vous n’êtes pas à l’abri du client mauvais payeur. Voici les recours possibles pour obtenir le paiement de vos factures impayées :

  • Le recours à l’amiable : la procédure de recouvrement doit être commencée par le dialogue. Le but est de trouver avec lui une nouvelle échéance du paiement.  
  • La mise en demeure : si le dialogue échoue, vous pourriez lui envoyer une lettre recommandée de mise en demeure avec accusé de réception. Celle-ci est indispensable avant de saisir la justice.
  • La procédure judiciaire : Le tribunal du commerce est la juridiction compétente pour le recouvrement des factures impayées. Il existe trois formes de recours dont le premier concerne l’injonction de payer, le deuxième l’assignation au fonds et le dernier le référé-provisoire. Ce dernier consiste à obtenir un paiement de la facture dans l’immédiat.

Les préventions d’une facture impayée

Pour ne pas se trouver dans une telle situation, il est indispensable de réaliser régulièrement un suivi optimal de ses clients, des risques et les mauvais payeurs. Pour cela, il est important de mettre à jour votre comptabilité, cela vous permet de constater un retard de paiement et prendre une décision.  Vous devez connaître vos clients comme qui se charge du paiement, leur mode fonctionnement, et autres. Cette étape vous permet de limiter les informations erronées. La meilleure option de la prévention d’une facture impayée est d’établir ensemble des conditions générales de vente.

On a coutume de dire que les chiffres sont au cœur de l’univers. Ce n’est donc pas une surprise de les retrouver au cœur de la vie des entreprises. En effet, la raison d’être de toutes les entreprises est la création de la valeur. Si on parvient à créer de la valeur alors on fait naturellement du chiffre. L’expert-comptable a généralement trois missions principales. 

La présentation et l’examen limité des comptes annuels

La comptabilité d’une entreprise peut être assurée en partie ou en totalité par un expert-comptable. Lorsque l’entreprise dispose en interne des personnes compétentes pour le suivi de la comptabilité, alors il est possible de ne confier que les tâches les plus complexes à l’expert. Mais d’autres entreprises peuvent externaliser complètement la fonction comptable suivant le besoin. Dans un cas comme dans l’autre, ce sera toujours à lui qu’il reviendra de vérifier la régularité des comptes annuels. L’examen limité des comptes consiste à la vérification des procédures et de leur application à travers des entretiens et l’analyse de quelques pièces comptables. Il ne s’agit pas d’un audit proprement dit. Le métier d’expert-comptable a de beaux jours devant lui. C’est une fonction incontournable au cœur des entreprises. Découvrez cette formation pour devenir expert-comptable, et soyez assuré de trouver à terme un emploi décent. 

La réalisation des audits contractuels

L’expert-comptable est très régulièrement sollicité pour la réalisation des missions d’audits. Ces audits portent sur les comptes annuels. D’autres missions sont également attribuées à l’expert-comptable. On peut identifier par exemple l’assistance administrative et les analyses statistiques, économiques et financières. Il joue aussi un rôle de conseiller financier très important, raison pour laquelle il effectue très souvent des missions d’accompagnement à la création pour les nouvelles entreprises et pour les anciennes, des missions d’accompagnement à la reprise. C’est un métier passionnant qu’il importe de pratiquer avec méthode et méticulosité. En effet, toute méprise dans le traitement des données comptables peut avoir un impact disproportionné pour la santé financière de l’entreprise.

Vous êtes propriétaire d’une petite entreprise et souhaitez louer un bureau? Êtes-vous une start-up prête à évoluer dans un nouvel espace, mais vous ne savez pas par où commencer? Au départ, beaucoup d’entrepreneurs n’ont pas besoin obligatoirement de bureaux pour faire fonctionner leur activité, mais une fois que le besoin augmente, il est indispensable de disposer d’un espace aménagé en bureau pour suivre le rythme de développement de votre activité. Vous trouverez ci-dessous un mini-guide utile qui vous montrera étape par étape comment louer un espace de bureau pour votre entreprise.

Déterminez votre budget

Avant même de commencer à étudier les espaces de bureaux, il est important de connaître votre budget. Connaître votre budget vous aidera à affiner vos options à l’avance en fonction de ce que vous pouvez vous permettre de manière réaliste. Recherchez différents espaces de bureaux disponibles dans votre région et faites un tour. Cette visite vous permet de faire une comparaison des offres de location de bureau disponibles dans votre région. Il est préférable de voir l’espace en personne pour découvrir la région, rencontrer vos nouveaux voisins potentiels et d’avoir un avant-goût de ce que ce serait réellement de travailler là-bas.

Analyser les différents paramètres pour savoir la compatibilité de l’espace de bureau à vos activités

Parmi les différents espaces de bureaux que vous avez visités, choisissez un espace qui convient à votre entreprise. Ces quelques questions de réflexion peuvent vous aider:

  • L’emplacement est-il pratique pour vos clients?
  • L’emplacement vous convient-il?
  • L’emplacement convient-il à mes employés / employés potentiels?
  • Y a-t-il un parking disponible?
  • Est-ce abordable?
  • Est-il situé à proximité de magasins (banques, bureaux de poste, garderies, etc.) et d’autres commodités dont vous avez besoin?
  • Êtes-vous autorisé à redécorer et personnaliser l’espace?
  • Y a-t-il une cuisine que vous pouvez utiliser?
  • Mon entreprise a-t-elle de la place pour se développer dans cet espace?
  • Que disent les locataires actuels des locations de bureaux ici?

Penser à l’espace supplémentaire pour développer votre activité et déterminer les coûts

Considérez un espace de bureau qui vous offre un espace supplémentaire si vous prévoyez de développer votre équipe. Pendant que vous développez votre entreprise, vous pourrez peut-être sous-louer l’espace supplémentaire à un autre locataire pour un revenu supplémentaire. Gardez à l’esprit que le bail d’origine devra inclure des options de sous-location à l’avance. Il est aussi indispensable de regarder tous les coûts associés au déménagement. Calculez le coût total du loyer, des services publics, des frais de déménagement, des coûts de construction (le cas échéant), etc. Et assurez-vous que vous avez suffisamment de budgets pour la durée de votre bail.