Les PME font généralement face à des problèmes liés aux fonds propres. Elles adoptent, comme solution, l’investissement de leur épargne. D’ailleurs, depuis quelques années, l’épargne des Français permet le développement des entreprises, notamment les ETI et PME.

Réussir ses premiers pas en économie productive

L’investissement au capital des PME constitue une bonne piste pour mener à bien ses premiers pas en économie productive. Les épargnants commenceront généralement par acquérir des actions ou obligations de PME et d’ETI. Ils peuvent choisir entre l’achat en direct ou par l’intermédiaire des fonds. Il s’agit, selon les économistes, dont Philippe Crevel, de la toute première étape pour rencontrer la réussite en économie productive.

Le plus court chemin pour parvenir à une économie productive consiste à accéder sur des sites de finance participative. Les entreprises y procèdent souvent à un lever des fonds, notamment des actions et des obligations. Selon les chiffres en 2018, un investissement de ce genre environnant 200 millions d’euros a été constaté. À noter qu’il existe de nombreuses plateformes dédiées à la finance participative. Certaines sont spécialisées dans la dette, comme Credit.fr, ClubFunding et Unilend. Tandis que d’autres interviennent dans le capital, notamment Anaxago, Wiseed, etc.

L’économie productive pour financer des projets

L’achat des actions constitue l’étape essentielle menant vers l’investissement dans l’économie productive. Une autre possibilité se propose aussi aux particuliers : les fonds communs de placement à risque ou FCPR. Ces solutions se proposent généralement au profit des clients des institutions financières privées. Un épargnant peut miser sur l’investissement dans une PME cotée. Pour ce faire, il doit commencer par acquérir des actions sur le marché secondaire. L’idée consiste ainsi à ne pas investir de façon directe dans l’économie réelle.

D’après les économistes, les entreprises jouent un rôle important sur l’économie. Elles doivent compter sur la participation massive des actionnaires pour connaître l’essor. Tel est également le cas dans l’univers du marché secondaire. Les investisseurs qui s’intéressent aux activités d’une entreprise choisissent de procéder à l’achat des titres. Il ne leur reste donc plus qu’à faire monter le cours de ce type de marché. De ce fait, l’entreprise n’aura plus aucun mal à assurer le financement de ses projets de développement.

Éviter les investissements non productifs

Tout placement est souvent étroitement lié à l’économie réelle ou productive. Il existe, toutefois, de rares options qui sortent de ces deux domaines. L’on distingue les cryptomonnaies, dont le bitcoin. N’étant ni réelles ni productives, elles risquent d’exposer les néophytes à la ruine. Elles sont même classées « investissements non productifs ». Il vaut donc mieux les fuir à tout prix. Il faut également fuir les marchés financiers visant uniquement la spéculation sur les marchés. Elles ne permettent pas la participation à l’économie productive. Elles ne permettent pas non plus de couvrir des risques.

La finance est un mot bien simple et court, mais la signification qui se cache derrière s’entremêle avec des notions plus ou moins complexes. Or, la compréhension de tout ce qui compose et de tout ce qui touche le monde de la finance est substantielle parce qu’il s’agit d’un bagage requis pour une manipulation intelligente de l’argent.

La finance, un terme qui suscite des concepts variés

Quand on parle de finance, des images de natures très différentes se forment dans l’esprit de chacun de nous. Certains se représentent immédiatement l’image des banques ainsi que d’autres types d’institutions financières, tandis que d’autres voient la Bourse où se déroulent les transactions financières de toutes sortes. D’autres encore imaginent les experts-comptables dans leur tenue stricte, faisant de longs calculs presque incompréhensibles, et établissant des bilans pour l’entreprise dans laquelle ou pour laquelle ils travaillent. Pour les personnes qui peuvent être placées dans la catégorie des non-connaisseurs, c’est généralement l’argent dans toutes ses formes qu’elles voient dans leur tête. Et ce n’est pas faux, car si on pouvait résumer la finance en un seul et unique mot (ce qui n’est pas possible et qui ne se fait pas d’ailleurs) ce serait sans doute le mot argent…

Qu’est-ce qu’on entend réellement par finance ?

En effet, la finance peut être définie comme le domaine qui traite les ressources monétaires au fil du temps, à partir de leur acquisition jusqu’au moment de leur redistribution, en passant par leur investissement. Seulement, toutes ces étapes se font en présence de risque. Toutes les décisions financières ne garantissent donc pas toujours la réussite ni le bénéfice, on peut se buter à des pertes ou à des dommages divers. Par conséquent, avant de prendre une décision, il faut impérativement analyser le pour et le contre, les avantages et les inconvénients, les risques et les dangers. Et bien plus important encore, il faut se poser la question : « Ce choix (cette décision) en vaut-il la peine ? », car rien n’est à l’abri du risque quand on parle de finance, et la probabilité que l’aboutissement soit décevant n’est jamais complètement nulle.

Les domaines que couvre la finance

La finance se résume en 3 points : de un, comment trouver de l’argent, de deux, qu’est-ce qu’il faut faire pour garder cet argent, et enfin de quelle manière peut-on gagner encore plus d’argent. Le monde de la finance est très large et il faudrait un livre d’au moins 500 pages pour maîtriser toutes les notions à connaître, à savoir : l’analyse financière, les taux d’intérêt, les investissements, les portefeuilles boursiers, la Bourse, le coût du capital et la politique financière, la valeur de l’entreprise, etc.

La finance est toujours présente dans notre quotidien. Que ce soit dans une entreprise ou au niveau de l’État, ce terme revêt toujours une grande importance. Alors, savez-vous réellement la signification du mot « finance » ? Et quels en sont ses domaines ?

La finance : définition

La finance est un terme très utilisé dans les entreprises, et aussi au niveau de l’État. Pour faire simple, il s’agit de l’analyse en terme financier de toutes les décisions importantes qui concernent une organisation comme la société, les associations, et même l’État. Cette analyse est entamée dans le but d’assurer l’utilisation des ressources, ainsi que de leur fructifier.
Autrement dit, la finance permet d’organiser l’allocation de chaque ressource dont dispose l’entreprise, afin qu’elle soit la plus productive possible. Elle tient aussi compte des charges à dépenser.
La finance se différencie de la comptabilité, bien que ces termes soient étroitement liés. D’un côté, la finance se focalise surtout sur les données actuelles et futures de l’entreprise. Elle va faire le bilan du budget précédent pour améliorer le prochain. Elle va aussi établir des prévisions financières et budgétaires. Tandis que la comptabilité travaille avec les données passées de l’entreprise. Contrairement au précédent, elle va juste se borner sur l’établissement des résultats, sans tenir compte du futur.

Les différents domaines de la finance

En général, il existe 6 types de finance : la gestion financière des entreprises, le placement, la finance institutionnelle, la finance internationale, la finance de l’État et la finance personnelle.

– La gestion financière des entreprises : comme son nom l’indique, ce type de finance concerne toutes les décisions financières dans une entreprise. Cela peut s’agir du budget de la société, de l’analyse des actifs et passifs ou de la relation de la société avec les investisseurs.

– Le placement : il concerne surtout les caisses de dépôt ou les établissements de crédit. Il s’opère surtout dans la gestion de l’argent, de la bourse et de l’investissement.

– La finance institutionnelle : ce type de finance est surtout appliqué dans les établissements financiers tels que les banques. Il s’intéresse à tous les aspects du crédit, que ce soient les emprunts, les crédits hypothécaires ou les crédits des particuliers ou entreprises.

– La finance de l’État : appelée aussi « finance publique », elle établit toutes les ressources et les dépenses de l’État, ainsi que leurs utilisations et affectations.

– La finance personnelle : elle s’intéresse à la gestion du patrimoine personnel d’un individu.

Les meilleurs métiers de la finance

Différents métiers sont mis à la disposition des financiers. Parmi ces derniers, l’ingénierie en informatique, en financier et l’expertise en droit financier sont les plus prometteurs.
Tout d’abord, l’ingénieur en informatique est nécessaire pour manier toutes les nouvelles technologies en matière de finance. Ensuite, l’ingénieur en finance améliore la gestion financière. Enfin, le juriste veille à la bonne application des lois financières.

 

Autrefois unique organisme financier, la banque était le seul recours en prêt d’une famille ou d’une entreprise.  Depuis la démocratisation du marché financier, la suprématie de la banque est remise en question. Malgré cela, elle continue de jouer un rôle capital dans l’économie globale d’un pays.

Comment ça marche ?

Outre la fonction de la banque qui est la plus connue de tous, c’est-à-dire celle de gérer l’argent des sociétés ou des particuliers en leur servant de dépôt, elle sert également d’intermède financier entre les acteurs économiques et la fabrication monétaire. La banque garantit le bon fonctionnement du mouvement des capitaux. Servant d’intermédiaire entre les divers agents économiques, cet établissement de crédit reçoit et gère les ressources de ces derniers. La favorisation de l’économie globale passe à travers les prêts de capitaux fournis à la banque par ces acteurs.

Comptes de dépôt et comptes à vue

Après réception des fonds monétaires de sa clientèle, la banque les classe en comptes de dépôt ou en comptes à vue. Ce dernier désigne des dépôts liquides dont les acteurs peuvent disposer à tout instant. En ce qui concerne les comptes de dépôts, ils constituent un ensemble de financements destinés à l’épargne.  La durée d’immobilisation et le montant des intérêts est prédéfinit mais peut être révisé à tout moment.

Le refinancement de l’économie

Les acteurs économiques évoluant dans leur sphère quotidienne ou professionnelle rencontrent constamment le même problème lié au refinancement de leur activité, ce qui est néfaste pour la société. Les fonds demandés sont plus ou moins importants en fonction de leur utilité. Une famille ayant besoin d’un crédit à la consommation n’aura pas besoin de la même somme d’argent qu’une société souhaitant financer un projet d’envergure.

La banque est un acteur principal dans l’économie d’un pays

Ne se limitant jamais à une seule activité, la banque joue un rôle décisif dans l’économie d’une société moderne. Ce rôle passe à travers son financement de l’Etat qui en a par exemple besoin pour régler des appointements des fonctionnaires salariés. Un pays a l’obligation de rembourser la banque centrale et cela passe souvent par l’intermédiaire des impôts collectés.