Loi Pinel 2018 : une aubaine pour les investisseurs en immobilier locatif

La reconduction de la loi Pinel en 2018 pour une durée supplémentaire de quatre ans était une décision judicieuse. Il faut reconnaître que ce dispositif a propulsé le marché immobilier à un niveau très encourageant. La plupart des acteurs dans le domaine de l’investissement immobilier locatif s’en réjouissent d’autant plus que la mise en location connait une belle tendance.

Un bref rappel

Habitat, mobilité, logement…c’est l’esprit dans lequel le Gouvernement a voulu de nouveau persuader le Parlement lors du vote de la nouvelle version de la loi Pinel. Bien évidemment, quelques ajustements ont dû être effectués sans pour autant toucher aux avantages dont les investisseurs dans le domaine de l’immobilier locatif ont pu bénéficier. Pour rappel, la loi Pinel a été introduite pour la première fois par la loi de finances 2015. Fiscalement parlant, elle est très avantageuse pour un acquéreur de logement neuf (ou en état futur d’achèvement) en matière d’impôt sur le revenu, mais à condition qu’il s’engage à mettre ce logement en location en tant que résidence principale pendant une durée minimale de six ans. En moyenne, si un investisseur a acquis un logement neuf dans le but de le faire louer, les dispositions de cette loi l’autorisent à déduire de ses impôts jusqu’à 21 % du prix d’acquisition du bien immobilier pendant plus de 10 ans. En d’autres termes, le dispositif Pinel 2018 est une occasion pour les investisseurs en immobilier locatif de défiscaliser jusqu’à 63 000 euros. Par ailleurs, une autre condition d’application est imposée par la loi, notamment l’obligation de ne pas dépasser deux achats au maximum par an et avec un montant total de 300 000 euros.

Quelles sont les améliorations apportées par la nouvelle loi ?

Pour gagner en efficacité, la loi Pinel révisée a établi un nouveau zonage afin de cibler les territoires qui disposent d’un fort potentiel. Par conséquent, seuls les logements neufs acquis pour être loués et situés dans ces zones sont éligibles pour bénéficier des reconductions d’impôt sur le revenu. Ces zones se divisent en trois : la zone A, la zone A bis et la zone B1. La zone A est constituée par toutes les agglomérations de l’Île-de-France ainsi que la Côte d’Azur, Lille, le Genevois français, Marseille, Lyon, Montpellier. De son côté, la zone A bis est constituée par Paris et les 29 communes rassemblées dans la petite couronne parisienne. Enfin, la zone B1 comprend toutes les importantes concentrations d’habitations (plus de 250 000 habitants). Les statistiques récentes dévoilent que plus de 150 000 contribuables ont déjà profité des opportunités de déduction fiscale offertes par la loi Pinel depuis sa promulgation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *