Press "Enter" to skip to content

Les gains en capital à court et long terme

Les gains en capital, associés ou non à l’immobilier, sont les termes utilisés par l’IRS pour désigner un bénéfice réalisé sur un investissement. Ceux-ci proviennent de la vente réussie de placements, c’est-à-dire, lorsque le prix excède celui de l’achat, appelé le coût d’investissement. Cependant, la différence entre les gains en capital à court et à long terme est la durée pendant laquelle un contribuable détient l’investissement.

Placement commun

Un placement commun qui se traduit par des gains ou pertes en capital est un stock. Les placements peuvent produire des revenus sous forme d’intérêts, de dividendes, de loyers et de redevances. Le revenu produit par les investissements est imposé à mesure que le revenu est généré. Les gains en capital reçoivent généralement un taux d’imposition inférieur que le revenu ordinaire, selon la tranche d’imposition. La base de coûts comprend le prix d’achat et les coûts d’achat associés, tels que les commissions versées aux courtiers et autres. Dans certains cas, le coût de base d’un actif doit être ajusté à la hausse ou à la baisse pour refléter son coût réel aux fins de l’impôt. En cas de perte d’investissement, le terme est la perte en capital. Les réinvestir peut toutefois être un moyen de différer les impôts afin de récolter des avantages fiscaux supplémentaires.

Investissement immobilier

Un investissement immobilier comprend un bien locatif : résidentiel, commercial ou industriel. Les bénéfices immobiliers sont le plus souvent considérés comme des gains en capital à long terme. Un gain en capital ne se réfère simplement pas à la différence entre le prix de vente et le prix d’achat, en particulier dans l’immobilier. Le coût de base est le prix initial d’une personne payée pour une immobilisation. La base rajustée est calculée en commençant par la base du coût initial de l’actif, puis en effectuant des ajustements qui vont augmenter ou diminuer le coût total. Le coût des améliorations apportées au bien, comme les ajouts et les rénovations, des appareils nouvellement équipés et les frais de clôture dans le processus d’achat et de vente sont soustraits du prix de vente. Noter qu’une résidence personnelle n’est cependant pas un immeuble de placement.

Caractéristiques de chaque terme

Selon l’IRS, la période de détention débute le lendemain du rachat d’un placement jusqu’à la date de sa vente. Cela peut être un immobilier, des métaux précieux, des pièces de monnaie, des beaux-arts et d’autres objets de collection. Les gains en capital à court terme s’appliquent aux bénéfices provenant des placements vendus dans l’année suivant l’achat. La période de détention ne doit aucunement excéder les douze mois, soit un an. Plus le revenu est élevé, plus le taux d’imposition augmente. Les placements sont également imposés au même taux que le revenu ordinaire, variant de 10% à 40% pour l’année 2016. D’autre part, les plus-values à long terme s’appliquent aux bénéfices sur les placements vendus un an ou plus, après leur acquisition. La durée de détention doit être supérieure à un an. Comme la plupart des placements immobiliers le sont, leurs gains en capital sont habituellement inférieurs aux taux d’imposition ordinaires. Ceux-ci vont de 0% à 20%, selon votre tranche d’imposition marginale.

Comments are closed.